Nous vivons une période troublée. Oh, ne vous méprenez pas ! Je ne parle pas politique. Je ne fais qu’une simple constatation. La même que celle qu’ont pu faire les apôtres. Ils vivaient eux aussi une période troublée. Et voilà qu’ils entrevoient une solution : dressez trois tentes et rester là, dans le bonheur d’un paradis trouvé.

Terrible tentation.

            Et tentation qui ne guette pas seulement les apôtres mais nous aussi. Face aux moments de doute, de peine, d’inquiétude ou simplement de découragement, nous aurions peut-être envie de chercher du repos dans un ciel que nous espérerions voir s’ouvrir. Mais cela c’est une fausse route.

            Il nous faut redescendre dans la plaine… et notre plaine, à Saint  Jean Baptiste de Belleville, c’est notre paroisse.  Nous y avons du travail à faire.  Il y a de la place pour tout le monde.

            Cette semaine, à l’initiative du père Stéphane et du conseil pastoral, nous avons eu une réunion très intéressante destinée à permettre à chacun d’avancer ensemble dans un projet pastoral renforcé, revivifié. A y réfléchir, à l’approfondir et à s’y engager.

            Notre place de laïc est là aussi, chacun avec nos charismes, nos compétences et notre bonne volonté. Nous ne sommes pas des consommateurs de paroisse, nous sommes des acteurs de vie paroissiale. Comme les apôtres, nous n’avons pas à dresser trois tentes, mais à attendre et à entendre le message d’envoi.

            Nous sommes au début d’un long chemin, d’une longue marche comme on pouvait dire dans un autre temps… N’ayons pas peur de nous lancer dans cette aventure. Car nous ne sommes pas seuls. Le Christ n’est pas resté sur la colline, il est redescendu dans la plaine avec ses amis, lui le chemin, la vérité et la vie. Il redescendra aussi avec nous.

Albéric