Les lectures de ce dimanche nous annoncent une bonne nouvelle. Elles nous parlent d’une naissance : la naissance de l’Église. Quel est le premier cri le cri primale de cette nouvelle communauté : C’est un cri de prière oui l’Église commence dans la prière. Dans l’Évangile de ce jour, Le Christ va bientôt disparaître définitivement mais il est avant tout en prière. A quelques heures de son arrestation, de sa passion et de sa mort, il se tourne vers Dieu son Père. Il lui confie ses disciples. Jésus prie pour ses disciples mais pour toute son Église. Il a prié pour toi, pour moi.

Au jour de l’Ascension, Jésus a disparu au regard des siens. Ils s’en sont retournés du mont des Oliviers à Jérusalem. Une grande mission les attend ; mais pour cette mission, ils ne seront pas seuls. Jésus leur a promis la venue de l’Esprit Saint. Pendant dix jours, ils vont rester en prière pour se préparer à sa venue. C’est la première retraite spirituelle qui vient de naitre.

C’est également important pour nous : toute décision importante devrait être précédée par un temps de prière. Nous avons alors besoin de temps de prière pour être bien ajustés à ce que Dieu attend de nous.

Nous ne sommes pas à notre compte. Nous ne sommes pas des autodidactes. Ce n’est pas notre parole que nous annonçons mais celle de Dieu. C’est son amour et son visage que le monde doit reconnaître en nous.

Dans la première lecture, saint Luc nous signale la présence de Marie. Comme toujours, c’est une présence discrète. Elle est désormais la « mère de l’Église ». Avec les apôtres, elle implore de sa prière, la venue de l’Esprit Saint. N’hésitons pas à faire appel à elle et à nous unir à sa prière. Avec elle, et avec les apôtres d’aujourd’hui, nous sommes la même Église. Marie est toujours là pour nous renvoyer au Christ. Elle ne cesse de nous redire : « Faites tout ce qu’il vous dira. »

La première lecture nous dit aussi qu’ils prient « d’un même cœur ». C’est ce que doit faire toute assemblée : être unanime dans la prière au Dieu unique. Cette communion, nous la retrouvons chez les premiers chrétiens.

Et nous ? Où en sommes-nous ? Sommes-nous unanimes (un seul cœur, une seule âme) dans la foi, l’espérance et la charité ? Nous avons peut-être tendance à négliger la prière et à penser que c’est du temps perdu. L’Évangile ne laisse planer aucun doute: l’Église, tout croyant est appelé à prier. Ce n’est pas réservé qu’aux mystiques. Les lectures de ce dimanche voudraient nous ramener à cet essentiel : L’Église ne peut pas se passer de la prière. C’est son oxygène.

Quand je vous parle de l’Église, il ne s’agit pas de l’institution « Église » abstraite. C’est chacun de nous. Tous les baptisés en sont membres.

Que produit la prière ; la prière permet à l’Esprit Saint de s’infiltrer en nous, dans notre intelligence et notre cœur, dans notre être tout entier ; c’est comme un goutte-à-goutte céleste qui nous permet de recevoir la vie de Dieu. C’est une transfusion de vie. Elle nous entraîne à vivre de plus en plus au rythme de Dieu et nous débarrasse au fur et à mesure de l’orgueil, l’égoïsme, le mensonge, les préjugés, la violence, le jugement sur les autres…

La prière nous permet de retrouver peu à peu la présence de Dieu en nous. L’Église est née de la prière du Christ et de celle des apôtres. C’est aussi par notre prière que l’Église continue à naître chaque jour.

En fait, ce n’est pas nous qui prions mais le Christ en nous. Il reste entièrement tourné vers le Père et vers ses disciples. Il nous éduque et nous fait grandir spirituellement.

La prière est la respiration de l’âme. Quand nous prions, c’est l’air « d’en haut » qui viens en nous. Prenons quotidiennement une bonne bouffée d’air divin. Ouvrons nos poumons et nos cœurs au souffle de l’Esprit. Prions dans ces jours l’Esprit Saint afin qu’il nous renouvelle pour la Pentecôte.

« Donne-nous Seigneur d’avoir envie de te prier. Aide-nous à lever souvent les yeux le cœur et les mains vers le ciel. Tu nous envoie dans le monde pour témoigner que tu es le Fils de Dieu. Prends-nous tous dans ton amour. Embrase nous par ton Esprit et répand sur chacun de nous ton Esprit vivifiant. »

Amen