Frères et sœurs, dans le vocabulaire utilisé par St Luc, il y a un perpétuel va et vient entre deux termes : « Tous » et « chacun ».

Les apôtres étaient « réunis tous ensemble » avec Marie, dans un même lieu. Et ils furent « tous remplis de l’Esprit Saint ». En même temps c’est bien sur chacun d’eux que la flamme, symbole de l’Esprit, s’est posée. Et « Chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit »

Au jour de la Pentecôte, comme aujourd’hui, le don de l’Esprit est à la fois ecclésial, communautaire et personnel.

Dans notre Eglise, nous ne vivons pas la communion et l’unité à la manière d’un troupeau anonyme rassemblés. Nous ne sommes pas tous identiques. Nous avons des personnalités uniques et des vocations qui sont les nôtres. L’Esprit saint donne à chacun et à chacune, des dons, des talents, des charismes, qui ne sont pas forcément ceux du voisin. C’est ainsi que l’Esprit construit l’unique corps du Christ dans la diversité des dons et des charismes. Nous devons faire fructifier tous les talents qui sont les nôtres. Mais pour ce faire, nous devons les connaître et les reconnaître.

Dans le corps du Christ nous sommes complémentaires, nous ne sommes pas en concurrence. L’Eglise n’est pas une entreprise ! Saint Paul nous donne un critère pour savoir si le don vient de l’Esprit. C’est le critère du partage et de l’ouverture aux autres « Chacun reçoit le don de manifester l’Esprit en vue du bien de tous. »
Oui frères et sœurs, L’Esprit de Pentecôte nous est donné en vue de la mission.

Mais il y a souvent des résistances en nous. Trop souvent, nous disons : « Je ne suis pas capable, je suis trop vieux… ou trop jeune… Nous ne sommes pas assez nombreux »

Mais le défenseur est là pour plaider en nous la cause des autres. Il est celui qui a poussé les apôtres à sortir au devant de la foule, vers ceux-là même qui avaient condamné Jésus à mourir sur une croix.

Penser au Saint Esprit, c’est d’abord lui dire : « Viens ! » Alors, il arrive et prend place.

Dès qu’il vient, il agit. C’est lui qui fait démarrer l’Eglise partout dans le monde.

Il faut lui dire « Viens » quand ça bloque en nous, quand nous avons peur de nous engager, quand nous n’arrivons pas à pardonner.

Certaines personnes sont bloquées par des cas de conscience très lourds et n’osent pas aller rencontrer le prêtre. Alors, il se fait leur défenseur pour leur faire comprendre que pour Dieu, il n’y a pas de situation désespérée. Il est la force des départs et des re-départs, celui qui, inlassablement, nous pousse en avant. Nous pouvons demander à le recevoir : tout dépend de la force et de la conviction de notre « Viens. »

Que se passe t-il lorsque l’Esprit Saint peut enfin venir en nous ?

  • Tout d’abord l’émerveillement.

Au matin de la Pentecôte, « Tous, chacun dans leur langue, chantaient les merveilles de Dieu. » Aujourd’hui, malgré les souffrances, voire les doutes qui nous assaillent, osons bénir Dieu pour la vie qu’il nous donne et ce monde, tel qu’il est qu’il nous appelle à transformer.

  • Ensuite l’Esprit saint fait de nous des témoins.

Nous sommes envoyés non pas seulement par ce que nous disons ou faisons, mais par ce que nous sommes. Nous sommes invités à nous laisser conduire par l’Esprit au point de devenir des hommes et des femmes libres à l’égard des préjugés ou des peurs pour devenir capables de faire confiance aux autres et à Dieu. Nous sommes invités à rendre compte de l’Espérance qui est en nous.

  • L’Esprit Saint produit en nous un don de consolation.

Dieu nous livre sa mystérieuse présence qui vient apaiser notre cœur de toute inquiétude : « Je prierai le Père et il vous donnera un autre Paraclet. » C’est un avocat, un défenseur, qui nous conseille et qui nous console.

  • Enfin et surtout l’Esprit demeure au plus secret de nous.

Nous ne sommes plus jamais orphelins, perdus mais pour toujours habités. « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma Parole, mon Père l’aimera, nous viendrons à lui et nous ferons en lui notre demeure. »

Ne pensons pas que cette expérience de Dieu soit réservée à quelque mystique. Elle est accordée à tous ceux qui essayent humblement et courageusement de garder la Parole de Dieu et de lui rester fidèles.

  • Pour résumer et conclure :

En cette fête de la Pentecôte :

« Chacun reçoit le don de manifester l’Esprit en vue du bien de tous. » c’est le temps de la mission qui consiste d’abord et avant tout à lui dire : « VIENS ESPRIT SAINT, VIENS ET AGIT EN MOI. »

C’est me laisser envahir par le don de l’émerveillement.

C’est accepter d’être son témoin et d’accueillir la grâce de la consolation.

C’est comprendre qu’il vient demeurer en moi pour que je ne sois plus orphelin.

« Chargé de mission. Expert en communication. » Telle pourrait être la carte de visite du Saint Esprit, très dynamique dans sa mission de rajeunissement et de sanctification de nos âmes !
Sa mission, n’a rien d’impossible (puisqu’il est Dieu) et il l’accepte toujours. Elle consiste à se répandre, à se communiquer aux hommes, comme un feu qui saisirait une bûche pour qu’elle prenne sans se détruire. Nous restons nous-mêmes mais nous sommes purifiés et transformés, divinisés !

Aujourd’hui il nous laisse cette carte de visite, non pas pour que nous la rangions dans un coin, mais pour qu’elle devienne nôtre : L’Esprit Saint nous envoie en mission et nous charge de communiquer à tous ceux que nous rencontrerons l’incroyable nouvelle de l’amour de Dieu et de la vie donnée en Jésus Christ mort et ressuscité ! Belle Pentecôte à tous.

AMEN