Frères et sœurs si je vous dis :

« Péché Originel », « Immaculée Conception », « Transsubstantiation », « Sainte Trinité », êtes-vous vraiment à l’aise pour rendre compte de votre foi à qui vous le demande ? Je n’en suis pas si sûr.

Avouons-le : pour beaucoup d’entre nous tous ces mots restent bien souvent très abstraits. Ce qui n’empêche pas d’avoir la foi en Dieu et surtout d’en vivre heureusement mais il nous faudrait quand même faire un pas de plus pour pouvoir transmettre notre foi.

Nous avons besoin de comprendre plus profondément ces mystères et de savoir les exprimer avec des mots et des images qui sont les nôtres. Sinon nous risquons d’avoir la tête pleine de mots savants mais qui, au fond, n’ont aucun impact particulier sur notre vie de tous les jours.

Tenez par exemple, Comment expliqueriez-vous cette fête de la Sainte Trinité à vos enfants, vos petits-enfants ou vos neveux, ce Dieu, à la fois un et trois ?

Trop souvent, en effet, on réduit Dieu à la somme de ces trois personnes :

Le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Mais Dieu est tout autre et beaucoup plus qu’une simple somme !
Dieu est relation et communion, et la Sainte Trinité n’a rien à voir avec trois blocs posés l’un à côté de l’autre.

Notre Dieu Trinité serait plutôt comme deux aimants, le Père et le Fils, qui s’attirent en produisant entre eux un champ magnétique, une énergie d’amour, très fort : l’Esprit Saint.

Pour essayer de comprendre ce mystère de relation, prenons une autre image.

Faisons un peu de mathématique
Prenez trois numéros : le 7, le 8 et le 9, par exemple.
Si vous additionnez ces trois numéros le résultat est 24.
Mais si nous unissons ces trois numéros, l’un à l’autre, pour n’en faire qu’un, nous obtiendrons le chiffre 789.

Le chiffre obtenu, 789, est tout autre chose que les trois numéros pris singulièrement (7, 8, 9) et en même temps, il est beaucoup plus que leur somme (24).

C’est peut-être banal comme exemple, mais il peut nous aider à comprendre que Dieu contient le Père, le Fils et l’Esprit Saint, mais qu’en même temps, Il est tout autre chose et beaucoup plus que la somme de leurs individualités.

Pour ma part, j’ai compris un peu plus le mystère de ce Dieu trinitaire quand un couple d’amis a eu son premier enfant.

J’ai compris que l’enfant n’était pas un élément en plus dans le couple mais que c’était ce tout petit bout d’homme, qui leur permettait de passer de la réalité du « couple » à celle de la « famille ». C’était lui qui, par sa présence, faisait du couple, de ses parents, une famille ! Une nouvelle réalité.

Un parent âgé, un ami qui s’ajouterait au couple n’aurait pas ce pouvoir de changer la nature du couple ; un enfant, leur enfant, le fruit de leur amour oui.

Le véritable amour est toujours fécond.

Pour Dieu, a fortiori, l’amour entre le Père et le Fils est tellement fort qu’il prend un visage autre, celui de l’Esprit Saint.

Dieu n’est pas une maison de briques qui accueille en elle les trois personnes de la SteTrinité.
Dieu est cette famille même qui permet à chacun d’avoir un autre statut relationnel tout en gardant son identité propre.

Il ne serait pas comme une « enveloppe » vide ; il est lui-même la « lettre d’amour » où le Père et le Fils et le Saint Esprit se disent et vivent l’un à l’autre, avec leurs propres mots ce qu’ils sont respectivement.

Mais maintenant, c’est à vous de trouver l’image et les mots qui vous parlent le plus. Tout d’abord pour savoir comment entrer en relation avec ce Dieu trinitaire et ensuite pour pouvoir en montrer le visage aux hommes et aux femmes de notre temps.

Et je termine en vous rappelant ce que saint Irénée, évêque de Lyon, disait déjà au 2ème siècle :
« Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu ».

Et si notre vocation c’est effectivement de devenir, en quelque sorte, « Dieu », il est vrai aussi, et nous venons de le voir, que nous ne pouvons pas devenir « Dieu » sans les autres.

Nous incarnons le visage de Dieu à chaque fois que dans notre relation à la personne que nous avons en face de nous – qu’elle soit notre femme, notre enfant, une amie, un collègue, peu importe – nous ne faisons pas que 2, mais bien plus. C’est ça la communion. Nous partageons ensemble quelque chose de l’ordre de l’amour qui fait advenir une autre réalité que nous construisons ensemble.

Mais attention, parce que l’inverse aussi est possible : combien de fois il nous est arrivé que même entourés par des dizaines des personnes, au fond de nous, nous sentions seuls ! 1+1+1+1+1 ne donne pas forcément 5 mais peut nous laisser dans notre solitude, sur notre 1.

Célébrer cette fête c’est célébrer toute relation d’amour et mettre en valeur toutes personnes qui me permettent de vivre, au quotidien, ce saut qualitatif.

Et le premier à remercier, c’est Dieu. Car il est relation d’amour en lui-même avec moi et avec les autres.

En quelques sortes, découvrir la Ste Trinité c’est une expérience à vivre avec Dieu. Ce n’est qu’ensuite que nous pourrons mettre des mots qui seront toujours imparfait pour dire un tel mystère.
Puisse le Seigneur vous faire gouter cette joie que nul ne pourra nous ravir.

Amen