Aujourd’hui en ce jour de Noël, St Jean nous dit avec ces mots, que nous sommes placés devant un commencement comme au premier matin de la Genèse: Dieu en cette fête, prend visage et cœur d’homme. Oui c’est un mystère sacré qui s’offre à nos yeux. En ce jour saurons-nous le contempler ; Accueillerons nous la présence de Dieu en cet enfant de la crèche.

Jadis Moïse a désiré voir de ses yeux cette gloire. Les prophètes l’avaient annoncé. Mais aujourd’hui cette gloire est désormais visible sous les traits d’un enfant, pauvre, dans les bras de sa mère. Dieu n’a pas abandonné son peuple Dieu a tenu promesse. Celle-ci se réalise en Jésus. La nouvelle humanité recrée et réconciliée va nous ouvrir le chemin qui mène vers le Père.

Dieu l’infiniment grand « nous donne de pouvoir devenir enfants de Dieu ». Ils nous appellent à partager, en plénitude, sa vie. Celle promise de toute éternité.

Noël, c’est vraiment la naissance, la nativité. C’est le commencement de l’alliance nouvelle.
Prenons le temps de nous arrêter un moment sur ce message et à corriger, s’il en est besoin, notre conception de Dieu.

A Noël, Dieu « nous parle par son Fils », il nous dit, nous crie, son immense amour pour l’humanité. Il manifeste sa proximité étonnante, sa solidarité avec les hommes et en particulier avec les plus pauvres. Il vient nous visiter, habiter au milieu de nous. Dieu dresse sa tente parmi nous. Cette tente c’est celle de la rencontre. C’est son Fils son unique qui vient vers nous. « Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire. »

Désormais, nous ne pouvons plus l’imaginer lointain, perdu dans les nuages. L’éternel entre dans le temps, le créateur de toute chose vient parmi sa création, l’invisible devient visible. « Il est la vraie lumière qui éclaire tout hommes en venant dans le monde ».

Le Christ Jésus nous révèle, ainsi, le visage de Dieu. Il nous indique le chemin à suivre pour aller vers son Père. Il le fait dès la crèche de Bethléem. Mais il le fera davantage encore tout au long de sa vie par sa manière d’entrer en relation avec les uns et les autres, son incroyable capacité à donner confiance, à remettre debout, à guérir, à réintégrer.

C’est là qu’il manifeste sa puissance. Puissance d’amour qui culminera à la passion sur le Golgotha pour aboutir de nouveau dans une grotte tombeau ou il ressuscitera. « Dieu, nul ne l’a jamais vu ; le Fils unique qui est dans le sein du Père, c’est lui qui a conduit à le connaître. »
Voilà la bonne nouvelle, l’Évangile qui nous fait vivre, nous chrétiens. Voilà l’Évangile qui alimente notre espérance et nous pousse à aimer à la manière de Jésus !

Comme lui, nous reconnaissons que tout vient de Dieu et nous désirons-nous offrir à lui. Désormais, nous pouvons suivre Jésus dans ce chemin d’humilité et d’amour, fragile et désarmé comme l’enfant de la crèche. Mais nous sommes invités à le suivre jusqu’à la croix pour ressusciter avec lui.

St Jean ne s’y trompe pas quand plein d’émerveillement il affirme « Tous, nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce sur grâce. »

Dieu s’est fait homme pour que nous devenions fils de Dieu, pour que nous aimions du même amour que lui ! Pour que nous naissions de lui, que nous vivions de sa vie !

Pour que, comme lui, nous soyons créateurs, heureux de partager avec d’autres, de susciter la vie autour de nous.

A la suite de Jésus, nous voulons aimer, soutenir, consoler, accompagner, soigner, éduquer, pardonner ! Alors la joie de Noël se diffusera autour de nous, en ces temps si maussades. Elle se répandra comme une traînée de poudre.

Les anges du Ciel pourront alors de nouveau chanter : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, paix sur la terre aux hommes qu’il aime ! »

La joie de Noël est là dans cette merveille de notre salut : Dieu s’est fait homme pour que se réalise la promesse qu’il nous a faite : être à notre tour fils de Dieu. C’est là notre dignité.
La joie de Noël, c’est la joie d’une humanité visitée par Dieu, la joie de l’alliance nouvelle qui nous permet de vivre en communion avec Dieu et avec nos frères.

• Noël, c’est la fête des commencements, commencements d’un petit bout d’homme fragile, confié à l’affection de la Vierge Marie et sur lequel veille Joseph.
• Noël, c’est le commencement du merveilleux parcours de Jésus, le chemin d’Evangile qui ouvre à tous les hommes l’alliance avec Dieu.

En Jésus, Dieu a pris visage. Dieu s’est fait chemin. En suivant Jésus dans sa pratique d’amour au quotidien, nous avons le chemin assuré vers le Père et son bonheur éternel.

Ce peut être vraiment Noël aujourd’hui pour nous, si nous nous prêtons à cette grâce des commencements, si nous laissons Dieu nous visiter et orienter notre cœur vers son Fils, plein de grâce et de vérité, lumière née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu.

Prenons aujourd’hui le temps de la prière silencieuse, du rendez-vous avec le Seigneur dans l’Eucharistie.

Laissons-le établir, en nous, sa demeure, la tente de la rencontre avec lui.

Demandons-lui de transfigurer nos décisions et nos manières de vivre selon son dessein. Prions-le de nous entraîner à sa suite sur le chemin du bonheur qui ne fini pas !

« Au commencement était le Verbe, la parole de Dieu…
et le Verbe s’est fait chair
et il a demeuré parmi nous
».
Belle et sainte fête de Noël à tous.

AMEN