Petite-fille d’un riche marchand juif de Tolède, Teresa Sanchez de Ahumada y Cepeda naît le 28 mars 1515 à Avila. Celle qui va devenir la plus grande sainte espagnole et la première femme à recevoir le titre prestigieux de « Docteur de l’Eglise » en 1970, par le pape Paul VI, est donc d’origine juive, descendante de marranes!
En ce 500e anniversaire de sa naissance, il m’a paru intéressant – et important – de rappeler ici les véritables origines de Thérèse d’Avila, longtemps ignorées, ou cachées, et révélées publiquement dans la deuxième moitié du XXe siècle. Dans le contexte actuel d’une époque qui voit, un peu partout, resurgir les vieux démons de l’antisémitisme, le rappel d’un tel fait historique, au moins pour les chrétiens, devrait leur permettre de se souvenir de leur proximité spirituelle et de leur devoir de fraternité envers les fils de l’Ancienne Alliance, ceux-là même que le grand Jean-Paul II a appelé nos « frères aînés »…
Au-delà de ce petit préambule, pourquoi donc vous parler aujourd’hui de Sainte Thérèse d’Avila, le cinquième centenaire de sa naissance n’étant qu’une belle occasion de revenir sur le message essentiel de la Réformatrice du Carmel ? Parce que précisément, comme l’écrit la sainte espagnole en 1566, « le monde est en feu »! Le 16e siècle de Thérèse est, en effet, embrasé par la découverte des Amériques, la pensée révolutionnaire du polonais Copernic, les bûchers de l’Inquisition et les guerres de religion.
Notre XXIe siècle est aussi en feu, et Thérèse d’Avila est une sainte pour notre temps. Que nous dit-elle ? Que l’on n’a pas besoin de faire de grandes études, ni d’être théologien pour trouver les mots que Dieu écoute, que nous sommes toutes et tous habités par la grâce. N’est-ce pas là justement l’une des convictions majeures du Concile Vatican II qui affirme clairement que tous les laïcs sont appelés à la sainteté ? Thérèse écrit comme elle parle. Loin de sa réputation d’être inaccessible, elle a, au contraire, un style enjoué, drôle et ses écrits sont remplis d’anecdotes, de fioretti. Thérèse d’Avila est un véritable phénomène spirituel, un génie exaltant, une grâce pour l’Eglise et une source d’inspiration pour toutes les générations. Du « livre de sa vie » (autobiographie) au « Château intérieur » (synthèse de sa doctrine spirituelle), en passant par le « Chemin de perfection » (enseignement de son art de prier), lisez Thérèse d’Avila! Elle a une parole pertinente pour le monde d’aujourd’hui. Sa devise est « Ir adelante! » (Allez de l’avant!). Avancer dans le monde tout en pénétrant jusqu’au plus profond de soi.
Pour conclure, je vous laisse méditer et prier ces mots magnifiques de Thérèse qui vous aideront, j’en suis convaincu, à mieux continuer le chemin de votre vie:

« Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie, tout passe.
Dieu ne change pas, la patience permet tout.
Qui en Dieu a foi ne manquera de rien. Dieu seul suffit. »

Edmond