Sans doute avez-vous déjà admiré une représentation sculptée, un bas-relief, ou un tableau de la Vierge Marie accueillant sous son manteau amplement déployé, des hommes et des femmes de tout âge et de toute condition.  C’est la Vierge de Miséricorde qui manifeste sa bienveillance à l’égard des humbles et des faibles, sa maternité protectrice et l’illustration même de son intercession. Car Marie intercède pour nous en nous conduisant vers le Père, source de toute Miséricorde.

     Saint Jean-Paul II ne s’y est pas trompé lui qui a adopté, comme devise épiscopale, la formule, héritée de saint Louis-Marie Grignion de Montfort :

« Totus tuus », « Je suis tout à toi ».

     Saint Louis-Marie Grignion de Montfort composa le Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge au début du XVIII siècle, texte qui fut simplement découvert plus d’un siècle après sa mort.

     Saint Jean-Paul II s’est confié dans ces lignes : « Moi-même, au cours des années de ma jeunesse, j’ai tiré un grand bénéfice de la lecture de ce livre, dans lequel j’ai trouvé la réponse à mes doutes, liés à la crainte que le culte pour Marie, en se développant excessivement, finisse par compromettre la suprématie du culte dû au Christ. Comme on le sait, dans mes armoiries épiscopales, qui sont l’illustration symbolique du texte qui vient d’être cité, la devise « Totus tuus » s’inspire de la doctrine de saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Ces deux paroles expriment l’appartenance totale à Jésus par Marie : « Tuus totus ego sum, et omnia mea tua sunt », écrit saint Louis-Marie ; et il traduit : « Je suis tout à vous, et tout ce que j’ai vous appartient, ô mon aimable Jésus, par Marie, votre sainte Mère ».

     Alors, en cette année jubilaire de la Divine Miséricorde, n’hésitons pas à demander à notre Maman du ciel d’intercéder pour nous, comme nous y a invités le pape François le 8 décembre 2015 : « Vierge Marie, je viens à toi. Sous ton manteau, il y a de la place pour tous, parce que tu es la Mère de Miséricorde. Tu dis à tous : ‘ Venez, approchez-vous dans la confiance ; n’ayez-pas peur, n’ayez-pas honte.’ Le Père vous attend à bras ouverts, pour vous accueillir dans sa maison. Amen »

     Avant de nous endormir, pourquoi ne pas réciter à la Vierge Marie cette antienne qui conclut la prière des Complies :

Sous l’abri de la miséricorde,

nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.

Ne méprise pas nos prières, quand nous sommes dans l’épreuve,

mais de tous les dangers délivre-nous toujours,

Vierge glorieuse, Vierge bienheureuse.

BRIGITTE