Eh ! Oui, notre paroisse n’a pas le monopole de saint Jean-Baptiste, même avec son environnement du Métro Jourdain, de la rue du même nom et de la rue de Palestine. Déjà deux autres paroisses parisiennes sont sous ce vocable : Saint-Jean-Baptiste de Grenelle et Saint-Jean-Baptiste-de-La Salle, même si, dans ce cas, il s’agit du fondateur des Frères des Écoles Chrétiennes. Mais surtout, saint Jean-Baptiste est le patron de la province canadienne du Québec.

    Un peu d’Histoire : officielle en France sous l’Ancien Régime, la fête de la Saint Jean-Baptiste reste très populaire dans les zones catholiques de la France actuelle. La fête débarque au Canada avec les premiers français. Les plus anciennes célébrations de cette fête chrétienne auraient eu lieu en 1606. Puis elles prirent un tour nettement patriotique dans le Bas-Canada avant d’être un ferment d’unité pour les Canadiens. En 1834 est instituée la fête nationale des canadiens français. Et en vertu de la loi sur la fête nationale, le 24 juin est une journée fériée et chômée au Québec, et ce depuis 1977.

         Nous sommes donc heureux ces jours-ci d’accueillir une délégation de Québécois de Paris pour célébrer, avec nous, saint Jean-Baptiste.

      Mon souhait est que tous ensemble nous soyons galvanisés par saint Jean-Baptiste dans notre activité missionnaire de chrétiens pour annoncer la Bonne Nouvelle du salut, en reprenant les paroles du Précurseur :

« Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29).

« Il faut qu’il croisse et que je diminue » (Jn 3, 30).

Très belles festivités !

BRIGITTE