Paray le monial fut cette année la destination de notre pèlerinage paroissial des 8 et 9 octobre. La notoriété de Paray-le-Monial va au-delà de ses monuments.

Pas très loin, près du village de Vérosvres en Charolais est née le 22 juillet 1647 Marguerite-Marie Alacoque, elle fut baptisée 3 jours plus tard. Elle perdit son père très jeune et dût vivre avec sa mère sous la férule de son oncle.

En 1657, elle tomba gravement malade, alitée durant 4 années, elle fut guérie de son mal suite au vœu fait à Marie de se faire religieuse dans un ordre dédié à la Sainte Vierge.

Marguerite-Marie  entrera au monastère de la Visitation Sainte Marie de Paray-le-Monial le 20 juin 1671.

Le 27 décembre 1673, première apparition vision : vision du Cœur de Jésus. Il lui décrivit les merveilles de son amour et les secrets inexplicables de son Sacré Cœur.

La deuxième apparition eut lieu en 1674. Jésus demande à Marguerite-Marie de réparer les ingratitudes des hommes par une communion chaque premier vendredi du mois et chaque jeudi entre 23h et minuit de passer une heure avec Lui à Gethsemani : c’est l’Heure Sainte, l’heure où les disciples de Jésus se sont endormis au lieu de veiller avec Lui.

Troisième apparition en juin 1675 : Jésus demande l’instauration d’une fête universelle de son Cœur : « Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes ».

Le 7 septembre 1688, construction dans le jardin du monastère d’une chapelle dédiée au Cœur de Jésus. Marguerite-Marie décède à l’âge de 43 ans le 17 octobre 1690. Elle sera béatifiée le 18 septembre 1864 et canonisée le 13 mai 1920 par le pape Benoît XV.

Entre 1673 et 1675, 3 grands messages pour l’Église et le monde lui seront confiés par le Christ. Elle en fit connaître le contenu, aidée par son ami et conseiller le père Claude La Colombière, dont nous fêterons les 25 ans de sa canonisation en 2017, par le pape Saint Jean-Paul II.

Depuis 1986, le diocèse d’Autun a confié les sanctuaires de Paray-le-Monial à la communauté de l’Emmanuel. Chaleureusement accueillis, dès notre arrivée, nous rejoignons les participants à la session « 3 jours pour jubiler, 3 jours pour tout changer ». Les enseignements furent plus riches les uns que les autres. Le samedi se termina par une procession à la lueur des bougies, allant du parc à la chapelle de La Colombière, de la basilique à la chapelle de la Visitation.

Le dimanche, les pèlerins de Saint-Jean-Baptiste partagèrent dans la magnifique basilique romane, la messe dominicale au côté de six nouveaux confirmés.

Ce fut un week-end dense, intensif d’un enrichissement spirituel impressionnant. Le message de Paray-le-Monial contient un appel à l’amour infini de Dieu, un message d’Espérance pour le monde d’aujourd’hui.

DANIELLE