Comment auraient-ils pu rentrer chez eux par la même route, ces rois de l’Orient, après avoir été illuminés par la lumière du Christ ? Impossible en effet. C’est cette même question qui se pose à nous aujourd’hui. Comment pouvons-nous rentrer par la même route quand nous avons rencontré le Christ ?

     Notre route à tous est une route inconnue. Nous ne pouvons jamais prévoir les tournants que nous serons obligés d’effectuer dans notre propre vie. Nous croyons parfois que tout s’est établi de façon définitive ou presque, et puis la vie nous oblige à changer de cap… Nous sommes installés dans notre vie professionnelle et d’un coup, un évènement va nous faire changer de route… évènement dramatique comme le chômage ou heureux comme une promotion, un avancement ou une mutation.

     Nous nous croyons installés dans notre vie de famille et voilà que tout change parce qu’arrive un enfant ou disparaît un grand parent ou un conjoint.

     Nous nous croyons installés dans notre paroisse et voilà que nous rejoignent deux nouveaux vicaires ou un nouveau vicaire général… C’est ce qui se produit à Saint Jean-Baptiste avec l’arrivée du père Louis Corpechot et du père Mateusz Chejzdral,

ainsi que de notre nouveau vicaire général Mgr de Sinéty dont nous allons pour la plupart d’entre nous faire la connaissance ce dimanche.

     Tout cela va nous faire changer, tout cela va nous bousculer… Toute rencontre en effet nous bouscule. Et elle nous oblige à rentrer chez nous par un autre chemin.

     Toute rencontre, toute nouvelle route,  devient alors le temps de rendre grâce, car elle nous rappelle que nous sommes d’éternels pèlerins, en marche vers un seul but, la tendresse éternelle du Père.

ALBERIC