Catégorie : 2023-2024 Page 1 of 8

UNE HISTOIRE D’OS CASSÉ… ET RÉPARÉ

A la question « quels sont les premiers signes de civilisation humaine ? », la célèbre anthropologue Margaret Mead n’a répondu ni l’invention du feu, ni celle de l’écriture, ni les peintures rupestres… Elle a simplement dit : « un fémur cassé, puis guéri ». Dans le règne animal, un membre rompu signifie la mort. Mais cette première guérison d’une jambe cassée chez les Hommes suppose qu’une personne, ou un groupe de personnes, est resté pendant de longues semaines auprès du blessé immobilisé, lui apportant nourriture, soins, abri, jusqu’à réparation complète de l’os. Pour elle, c’était ça le premier signe de civilisation. Le sacrifice de soi pour sauver la vie de l’autre.

Quelle leçon tirer ? Tout d’abord, que l’Humanité est une espèce incroyablement collaboratrice, en communication, en communion permanente les uns avec les autres, et c’est profondément ce qui a permis aux Hommes de survivre et se perfectionner ainsi. La relation d’aide, de soutien, de partage, le regard d’amour sur l’Autre sera toujours plus fort que le réflexe égoïste. Ne l’oublions jamais dans ces temps troublés.

Deuxièmement, que l’Humanité, corps du Christ, est composée d’une multitude de blessés. Nous avons tous un os brisé. S’il n’est pas toujours physique, il est souvent psychique, ou spirituel. Nous autres Chrétiens sommes une communauté de boiteux, qui avons conscience de notre fracture. Et notre médecin, nous le connaissons : le Christ lui-même, qui vient à notre chevet, et prend soin de nous au moment où nous sommes laissés sur le bas-côté, dans le fossé, plus morts que vifs.

Oui, mais tout médecin a besoin d’assistants. Qui sont-ils ? Ce sont les prêtres. Les prêtres sont les aides-soignants du Christ. Ils forment une longue chaîne ininterrompue de soignants depuis que Jésus leur a indiqué comment secourir. Certes, ils sont faillibles. Eux aussi sont boiteux, peut-être plus encore que ceux qu’ils aident. Mais ils se souviennent qu’eux aussi, ils ont été soignés. Un homme, un Nazaréen, s’est rendu à leur chevet et leur a prodigué les soins nécessaires pour pouvoir marcher, se redresser, vivre à nouveau. Et ils veulent faire profiter la Terre entière de cette Bonne Nouvelle : tout le monde peut être guéri. Encore faut-il le vouloir, être conscient de sa béance, et vouloir y apposer le baume réparateur du Christ. L’Humanité, à la nuque raide, s’y refuse trop souvent. C’est son libre-arbitre, inviolable. Mais quel dommage ! On ne soigne pas un os cassé tout seul.

Alors, célébrons joyeusement ce dimanche, ensemble, cette première Messe de Jeimer, notre séminariste ordonné prêtre, héritier d’une longue lignée de médecins de l’âme, qui remonte jusqu’au Christ lui-même.

Ludovic K.

HORAIRE D’ÉTÉ du 8/07 au 2/09


du lundi 8 juillet au lundi 2 septembre

  • Lundi: 19h Messe suivie de l’adoration
  • Mardi: 17h30-18h45 Accueil prêtre, adoration, confession ;
    • 19h Messe suivie de l’Adoration
  • Mercredi: 19h Messe suivie du Repas tiré du sac (Salle du Jardin)
  • Jeudi: 19h Messe suivie de l’adoration
  • Vendredi: 17h30-18h45 Accueil prêtre, adoration, confession ;
    • 19h Messe suivie de l’adoration
  • Samedi: 9h Messe
    • 18h30 Messe anticipée
  • Dimanche: 11h Messe
    • 18h30 Messe

Dimanche 11 août :

Anniversaire de la Dédicace de notre église (1859)

Jeudi 15 août :

ASSOMPTION de la VIERGE MARIE

  • Messe anticipée : mercredi 14 août à 18h30
  • Messe solennelle : jeudi 15 août à 11h

30/06 11h  Première messe de Jeimer

Chers paroissiens,  je vous partage dans la joie que je serai ordonné prêtre le 29 juin à Saint-Sulpice.

Le dimanche 30 juin  je célébrerai la première messe à 11h dans notre paroisse. Je serai ravi que vous puissiez m’entourer par votre présence ou par votre prière dans ce moment si important pour moi .

Diacre  Jeimer

Il y a un repas paroissial après pour l’honorer et que chacun peut apporter quelque chose à manger.

Note du curé :

Si vous le désirez vous pouvez participer au cadeau que la paroisse lui offre en remettant votre participation à l’accueil dans une enveloppe.

Refaire commun (juin 2024)

Il serait illusoire de penser que je puisse écrire sur autre chose que sur l’actualité de notre pays. Je crois profondément au Royaume et très souvent je trouve l’exercice de l’incarnation (la mienne, pas la Sienne) très difficile à habiter. Et en ce moment, c’est bien en tant qu’êtres incarnés ayant une responsabilité personnelle et collective devant l’avenir de notre pays que nous serons, chacun, amenés à agir en conscience.

Pour celles et ceux qui auraient déjà envie de déchirer cette feuille rassurez-vous : pas de discours moralisant, pas de consigne de vote même sous-jacente, pas d’analyse sociologique sur le vote chrétien. L’actualité est assez prolixe pour cela. Pourtant je suis du genre « convaincu ». Engagée dans la vie sociale et associative, parlant de politique comme d’autres parlent de leurs chatons, bref : c’est mon pain quotidien, ma vibration. Avec Jésus.

Depuis le résultat des élections européennes et l’annonce de la dissolution de l’Assemblée, je suis dans tous mes états, je m’abreuve (trop) de tous les soubresauts de l’actualité, je parle (trop) à mon entourage et le spectre de la peur tourne dangereusement autour de moi. Alors je profite de cette occasion pour faire une pause évangélique et proposer une tentative de regard chrétien que je partage pauvrement en ces temps incertains. D’abord, regarder ma peur. Au-delà des idées, ce qui me trouble le plus est ce climat de dissension profonde entre nous. Non pas les saines différences et les nécessaires conflits (au sens noble du terme) mais le fait que de plus en plus, nous vivons sur des planètes différentes, dans des univers si parfaitement parallèles que pas le moindre petit angle ne laisserait à penser qu’ils puissent se rejoindre un jour, quelque part. Chacun est certain de sa bonne raison et l’autre est voué par là même aux gémonies. Les cris de justice des uns sont interprétés comme de l’inconscience, les doutes des autres comme du conservatisme et le désespoir des masses comme de l’extrémisme. C’est sans doute à cela que l’on reconnait la part du diable, celui qui divise.

En réalité : seul Dieu sait de quoi nous sommes vraiment mus. Et seul lui pourra nous inviter à réellement relever ce combat. Alors, dans les méandres d’une oraison, moi aussi j’ai fait un rêve. Un rêve de tablées, petites ou grandes, où nous accepterions comme préalable de partager notre pain en compagnons de route, avec des gens de tous horizons d’idées. Des tablées où nous pourrions appréhender le visage de l’autre comme un alter égo en Christ sans vouloir convaincre ni argumenter. Où, sans doute timidement, nous accepterions de nous apprivoiser, comme le renard dans le Petit Prince de Saint Exupéry. Un moment où simplement nous déciderions de baisser la garde et de redevenir des êtres fréquentables les uns avec les autres, les uns pour les autres. Sans doute nous redécouvririons dans cet être-avec que nous partageons fondamentalement une condition et une destinée communes, irrésumables dans les mots de la vie terrestre. Nos existences tumultueuses et certainement nos egos ou nos timidités nous empêchent trop souvent de provoquer et vivre ce type d’expérience.

Et pourtant : cela ne tiendrait qu’à nous. Prenons le cas de notre communauté paroissiale. Nous sommes un microcosme de la société donc perclus de différences et pourtant nous sommes réunis. Plus encore : nous communions au même Corps. Pourrions-nous faire un pas de plus ? Entendons-nous bien : il n’y a aucun angélisme dans mon propos. Les moments qui nous attendent seront forcément rudes, les débats seront parfois âpres et oui, il faudra se positionner, accepter de choisir. Mais faire le pari de l’Unité pour notre communauté humaine est tout sauf de la mièvrerie : c’est avoir le double courage de pouvoir entrer en conflit en n’oubliant jamais notre lien fraternel indéfectible pour lequel le Christ n’a eu de cesse de nous montrer la voie. Alors oui, préparons-nous à nous aimer, à nous aimer deux fois plus car cela est sans doute difficile ! Mais c’est aussi à cela que nous serons reconnus comme ses Disciples.

Pax et Bonum !
Aline

FETE DE ST JEAN-BAPTISTE

La Paroisse St Jean-Baptiste de Belleville vous convie à la Fête de la St Jean-Baptiste le dimanche 23 juin dès 11h.

Au programme,

📅Dimanche 23 juin 2024

11h : Messe d’action de grâce pour l’année avec réveil et bénédiction de l’orgue rénové

📍Église Saint Jean-Baptiste de Belleville – Métro Jourdain

12h30 : repas convivial avec vos plats à partager et la kermesse du KT

📍Jardin de l’Eglise

15h : Concert par les « Voix du Jourdain »

📍Église Saint Jean-Baptiste de Belleville – Métro Jourdain

19h45: BBQ de la St Jean pour étudiants et Jeunes Pro

⚠️Apporter soit grillades/salades/desserts ou boissons

Page 1 of 8

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén