Saint Jean-Baptiste de Belleville

Paroisse Catholique du diocèse de PARIS

Catégorie : LES EDITOS DU  » REGARDE L’AUTRE » Page 1 of 10

Feuille Paroissiale 17 Janvier 2021

2ème Dimanche temps ordinaire – Année B

1 S 3, 3b -10.19 . Ps : 39 (40) ; 1 Co 6, 13c -15a.17 -20 ; Jn 1, 35 -42

Édito

Prions pour l’Unité des Chrétiens

Du 18 au 25 janvier, nous entrons dans la semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Cette semaine est un appel à prier et à travailler pour la réconciliation et l’unité dans l’Église, avec notre famille humaine et avec toute la création.
Nous vivrons cette semaine en méditant le verset biblique de cette année : « Demeurez dans mon amour et vous porterez du fruit en abondance » (Jean 15).
En demeurant dans l’Amour de Dieu, nos cœurs apprennent à accueillir l’autre dans sa différence, et à l’aimer pour ce qu’il est. Nous ne sommes pas obligés d’être d’accord sur tout pour nous rencontrer. Souvent, nos différences sont des richesses.
Cet apprivoisement mutuel par la rencontre permet de grandir dans l’unité, et non dans l’uniformité. Cela vaut pour de nombreuses dimensions sociales de nos existences (dans l’église catholique, dans nos familles, nos paroisses et surtout, cette semaine entre les différentes branches du christianisme).
Cette prière du père Paul Couturier (+1953), apôtre de l’œcuménisme nous accompagnera durant la semaine :

Seigneur Jésus, qui à la veille de mourir pour nous, as prié pour que tous tes disciples soient parfaitement un, comme toi en ton Père, et ton Père en toi, fais-nous ressentir douloureusement l’infidélité de notre désunion.
Donne-nous la loyauté de reconnaître et le courage de rejeter ce qui se cache en nous d’indifférence, de méfiance, et même d’hostilité mutuelle.
Accorde-nous de nous rencontrer tous en toi, afin que, de nos âmes et de nos lèvres, monte incessamment ta prière pour l’unité des chrétiens, telle que tu la veux, par les moyens que tu veux.
En toi, qui es la charité parfaite, fais-nous trouver la voie qui conduit à l’unité, dans l’obéissance à ton amour et à ta vérité. Amen !

En raison du couvre-feu, les initiatives en présentiel n’auront pas lieu, mais c’est l’occasion de vivre les nombreuses initiatives en ligne pour la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Par exemple, la Communauté du Chemin Neuf propose de l’enseignement et de la prière chaque jour : https://directs.chemin-neuf.fr/
La paroisse Sainte-Cécile de Boulogne-Billancourt retransmettra une célébration œcuménique via YouTube le Mercredi 20 janvier à 19h sur le lien suivant :
www.youtube.com/watch?v=AFDUpyufZus&feature=youtu.be

Père Baptiste

REGARD L’AUTRE

Perdre un proche à Noël…

Noël pour un chrétien devrait être la période la plus heureuse de l’année. Cette fois, dans mon cas personnel, le moment des fêtes a été considérablement terni.
D’abord, la joie des retrouvailles en famille face à la mer. Puis, le 25 décembre, le coup de théâtre de l’annonce d’une accélération de la maladie et que la nonna (grand-mère en italien), personnage central de notre famille, nous avait quitté, au bel âge de 92 ans. Et quelques jours plus tard seulement, le décès du papa de la meilleure amie de notre fille d’un cancer fulgurant.
Ces deux départs, l’un sans doute plus « naturel » que l’autre, m’ont rappelé, une fois de plus, la fragilité de notre condition humaine, et m’ont amenée à réfléchir de nouveau à la mort, à son mystère, à ce qu’il y a après. Surtout que le père de cette amie de notre fille était jeune, emporté à seulement 49 ans par un cancer. Les souvenirs ont afflué, de nouveau je me suis interrogée sur le sens de ces disparitions, sur la force de ma foi…
Bien sûr, tous les dimanches, dans le crédo nous disons « je crois en la résurrection de la chair et à la vie éternelle « ou bien » j’attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir ». Mais on n’est plus à l’époque de la foi du charbonnier où on ânonnait, sans trop y réfléchir, ce genre de prières. Quand nous, chrétiens de 2021, prononçons ces paroles, mesurons-nous vraiment ce qu’elles signifient ? Imaginer le paradis ou l’au-delà nous est très difficile.
Beaucoup d’entre nous auront perdu cette année un proche, souvent à cause de cette affreuse épidémie de Covid 19. Et bien sûr nous trouvons complètement injuste d’être privés de cette personne. Comme moi, il y a 36 ans, beaucoup seront en colère, peut-être contre Dieu lui-même, et tentés de rejeter leur foi chrétienne.
Mais contrairement à ce que je pensais à l’époque, ce n’est pas lui qui nous envoie toutes ces épreuves. Lui est là, en réalité, pour nous aider à les surmonter. Et quand le désespoir semble vouloir l’emporter, si on se tourne vers Dieu, en priant, il saura trouver les mots qui nous apaisent. Il nous expliquera où sont partis nos êtres chers et ce qu’il en est de leur âme.
A nous esprits rationnels vivant dans des sociétés où d’aucuns visent l’immortalité grâce aux progrès de la médecine ou à la conquête d’autres planètes, des sociétés où la mort est mise à l’écart, qu’on ne veut pas voir, Il explicitera ces mots simples qu’on dit à la mort de quelqu’un, comme : « il est monté au ciel ou au paradis », et ils prendront leur vrai sens.
Ce paradis ne se situe ni dans l’espace, ni dans le temps, mais dans une autre dimension. La vie éternelle n’a rien à voir avec la vie terrestre, matérielle et biologique. Ce qui reste et relie nos actions terrestres et notre nouvelle vie dans l’au-delà aux côtés de Dieu et de nos êtres chers, c’est l’amour, celui que nous donnons et aurons reçu sur terre, et l’immense amour du Père, qui s’est fait homme puis a sacrifié son propre fils pour nous, dans d’horribles souffrances, mais qui l’a fait ressusciter pour nous redonner l’espoir que la vie éternelle existe vraiment.
Notre espérance c’est, une fois notre propre vie accomplie, en suivant, autant que faire se peut, les enseignements du Christ, de retrouver nos proches dans cet au-delà et de nous fondre en un tout, nous unissant à Dieu.
Pour terminer cette réflexion, je voudrais citer un Angélus du pape émérite Benoît XVI datant de 2008 que je trouve très apaisant en ces temps troublés.

« Où que tu puisses tomber, tu tomberas entre mes mains et je serai présent jusqu’à la porte de la mort. Là où personne ne peut plus t’accompagner et où tu ne peux rien emporter, c’est là que je t’attends pour transformer pour toi les ténèbres en lumière. (…) Puisse Marie étoile d’espérance rendre plus forte et authentique notre foi en la vie éternelle ».

Françoise

Feuille Paroissiale 10 janvier 2021

10 Janvier 2021

Le Baptême du Seigneur — Année B

Is 55, 1-11 ; Ct Is 12, 2, 4bcd, 5-6 ; 1 Jn 5, 1-9 ; Mc 1, 7-11

ÉDITO

Le Baptême de Jésus et notre baptême !

Voici Jésus dévêtu, dans l’eau du Jourdain. Jean le Baptiste est en train de le baptiser. Le ciel s’ouvre pour laisser venir la Parole du Père et le don de l’Esprit Saint !
Jésus, le Fils de Dieu est vraiment homme : avec humilité, il est plongé dans l’eau comme n’importe lequel d’entre nous !
C’est pour nous que Jésus a reçu le baptême, lui qui n’en avait pas besoin. Avec Lui, notre humanité est plongée dans ce qui donne Vie : l’eau ! Nous allons quelque part et quelqu’un nous attend ! Désormais nous ne sommes plus perdus ! Mais nous aurons à combattre toute forme de mal. Jésus habité par l’Esprit Saint s’est engagé dans ce combat : nous le faisons à sa suite et avec Lui !
En pensant à cela, je pense aux adultes, aux jeunes et aux enfants qui se préparent au baptême. Dès ce temps de catéchuménat, ils connaissent le combat de la conversion ! Souvent c’est un temps rude et formidable à la fois.
5 nouveaux catéchumènes vont vivre ce chemin de conversion ce dimanche, nous rappelant notre propre chemin de conversion à vivre : accueillons-les avec joie !
Il faut nous rappeler que, quel que soit le combat, nous ne sommes pas seuls ! Nous sommes aussi habités par l’Esprit Saint et marchons à la suite de Jésus Christ. Il ne nous lâche jamais. Notre combat est le sien, son amour et sa vie sont nôtres !
Vivons alors pleinement ce Baptême de Jésus. Avec lui nous sommes enfants de Dieu, habités par l’Esprit Saint !
Jésus plongé dans notre humanité est solidaire de chacune de nos vies !
Nous aussi nous devenons solidaire de cette humanité en quête de sens !
Jésus vient combattre le mal et en triompher : Il nous prend dans son combat !
Chaque vie d’enfant de Dieu est extraordinaire : regardons ainsi chaque baptisé (e) !
Chaque être humain est appelé à devenir enfant de Dieu : c’est son avenir !
« Tu es mon Fils bien-aimé, en toi je trouve ma joie ! »

Père Christian+


La Fraternité des prêtres de la paroisse
Saint Jean-Baptiste de Belleville
Vous adresse du fond du cœur,
ainsi qu’à vos proches,
Ses vœux de paix et de bonheur
pour cette NOUVELLE ANNÉE !


Attention – Semaine du 11 au 16 janvier –

Les pères Christian et Jérémy seront en retraite FMPV (Fraternité Missionnaire des Prêtres dans la Ville) à l’Abbaye St Martin de Mondaye

Le père Baptiste assurera la permanence.

Horaires des messes :

  • lundi 11 janvier à 19h, adoration à 18h30 ;
  • mardi 12 janvier à 19h ;
  • mercredi 13 janvier à 19h, adoration à 18h30 ;
  • jeudi 14 janvier à 19h ;
  • vendredi 15 janvier 19h, adoration à 18h30 ;
  • samedi 16 janvier à 9h.

Les messes dominicales reprennent aux horaires habituels :

  • Samedi 16 janvier à 18h30
  • Dimanche 17 janvier à 11h et 18h30

N.B. : Changement horaire d’Adoration -> Lundi, mercredi et vendredi à 18h30


La prière du chapelet

  • reprend le mercredi à 18h
  • Venez rejoindre la belle équipe qui anime ce temps spirituel !

Samedi 16 janvier

  • 10h30-12h30 Parcours Re-découverte
    Pour redécouvrir ensemble les fondamentaux de la foi, animé par un groupe de laïcs et un prêtre.
    5 séances sont prévues : 1 chaque semaine le samedi de 10h30 à 12h30
    (samedi 16, 23, 30 janvier, 6 et 13 février) – 8 rue de Palestine – Vous êtes les bienvenus !
  • 17h-18h15 Reprise Groupe de louange « LE CENACLE » – église

Dimanche 17 janvier

  • 11h Messe des familles ~ Quête pour les séminaires ~

Dimanche 24 janvier

  • 15h30-17h Reprise Groupe d’Oraison « BETHANIE » – église

Semaine du 18 au 25 janvier

  • Semaine de prière pour l’unité des chrétiens
  • Prière :

« Seigneur Jésus, qui as prié pour que tous soient un, nous te prions pour l’unité des chrétiens telle que tu la veux, par les moyens que tu veux. Que ton Esprit nous donne d’éprouver la souffrance de la séparation, de voir notre péché, et d’espérer au-delà de toute espérance. Amen »


PRIONS POUR NOS BAPTISÉS
  • Isaac KAROBI
† PRIONS POUR NOS DÉFUNTS
  • Mme D’ANDREA Ginette
  • Mme SAVALLI Louisette

SAINT JOSEPH

Joseph était de la maison et de la descendance de David. Quatorze générations d’Abraham à David, quatorze de David à l’exil à Babylone et quatorze de l’exil jusqu’au Christ (Mt 1).

     Marie, la mère de Jésus avait été accordée en mariage à Joseph ; lors des évènements de l’Incarnation, l’ange du Seigneur lui apparût en songe. Lorsque Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange lui avait prescrit (Mt 1).

     Sous l’empereur romain Auguste eut lieu le premier recensement, Joseph avec Marie partirent de Nazareth pour Bethléem en Judée, sa ville de naissance pour se faire recenser (Lc 2).

     Après le départ des mages, l’ange apparaît en songe à Joseph et lui demande de fuir en Egypte avec la mère et l’enfant pour éviter que le roi Hérode fasse périr Jésus (Mt 2). De la même manière, à la mort d’Hérode, il lui dit de repartir au pays d’Israël. Joseph fit comme l’ange lui avait dit et s’installa dans la ville de Nazareth en Galilée.

     Selon la Loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur (Lc 2).

     Chaque année, les parents de Jésus allaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Lorsque Jésus eut douze ans, ils l’emmenèrent avec eux. Joseph et Marie firent le pèlerinage selon la coutume, mais Jésus resta à Jérusalem sans que ses parents s’en aperçoivent et au bout d’une journée de marche, ils le cherchèrent. Trois jours après, ils le trouvèrent dans le temple au milieu des savants (Lc 2).

     Jésus rentra avec ses parents à Nazareth.

     Après cet épisode, les Evangiles ne mentionnent plus Joseph.

     La Sainte Famille a été proclamée comme « le prototype et l’exemple de toutes les familles chrétiennes » (saint Jean-Paul II).

     Les épreuves n’ont pas été épargnées à Joseph : doutes, pauvreté, danger avec Hérode et fuite en Egypte, soucis d’une vie simple à Nazareth.

     L’Ecriture témoigne qu’il était « un homme juste » (Mt 1,19), rempli de foi.

     Les écrits sont notre seule source d’information. C’est saint Matthieu qui en parle le plus, mais, il est également cité par saint Luc.

     Après la Vierge Marie, il est le plus grand saint de la chrétienté et c’est pour cela qu’il a été proclamé Patron de l’Eglise universelle.

     Il est aussi le saint Patron de la Nouvelle France, Québec.

     La dévotion à Saint Joseph a été tardive. Il est fêté le 19 mars.

Danielle

REDESCENDRE DANS LA PLAINE

Nous vivons une période troublée. Oh, ne vous méprenez pas ! Je ne parle pas politique. Je ne fais qu’une simple constatation. La même que celle qu’ont pu faire les apôtres. Ils vivaient eux aussi une période troublée. Et voilà qu’ils entrevoient une solution : dressez trois tentes et rester là, dans le bonheur d’un paradis trouvé.

Terrible tentation.

            Et tentation qui ne guette pas seulement les apôtres mais nous aussi. Face aux moments de doute, de peine, d’inquiétude ou simplement de découragement, nous aurions peut-être envie de chercher du repos dans un ciel que nous espérerions voir s’ouvrir. Mais cela c’est une fausse route.

            Il nous faut redescendre dans la plaine… et notre plaine, à Saint  Jean Baptiste de Belleville, c’est notre paroisse.  Nous y avons du travail à faire.  Il y a de la place pour tout le monde.

            Cette semaine, à l’initiative du père Stéphane et du conseil pastoral, nous avons eu une réunion très intéressante destinée à permettre à chacun d’avancer ensemble dans un projet pastoral renforcé, revivifié. A y réfléchir, à l’approfondir et à s’y engager.

            Notre place de laïc est là aussi, chacun avec nos charismes, nos compétences et notre bonne volonté. Nous ne sommes pas des consommateurs de paroisse, nous sommes des acteurs de vie paroissiale. Comme les apôtres, nous n’avons pas à dresser trois tentes, mais à attendre et à entendre le message d’envoi.

            Nous sommes au début d’un long chemin, d’une longue marche comme on pouvait dire dans un autre temps… N’ayons pas peur de nous lancer dans cette aventure. Car nous ne sommes pas seuls. Le Christ n’est pas resté sur la colline, il est redescendu dans la plaine avec ses amis, lui le chemin, la vérité et la vie. Il redescendra aussi avec nous.

Albéric

« AVOIR FAIM AU DÉSERT »

Aujourd’hui l’Évangile débute par ces mots : « En ce temps-là, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour y être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eût faim ». Jésus, en qui habite l’Esprit Saint par excellence, nous invite, aujourd’hui, à le suivre, puisque nous sommes, nous aussi temples de l’Esprit Saint, comme nous le rappelait saint Paul, dimanche dernier, dans sa première lettre aux Corinthiens.

Quelle sera notre faim ? Faim de la Parole de Dieu si délicieuse et si nourrissante ? Quelle sera notre soif ? Soif du silence car « en toute vie le silence dit Dieu » (hymne de l’Office des Lectures, jeudi I) ? Quelle sera notre faim ? Faim plus intense de l’Eucharistie, Pain pour notre route ? Quelle sera notre soif ? Soif de l’Amour de Jésus sur la croix qui donne sa vie pour le salut du monde ?

Pas de recettes toutes faites, mais des suggestions : faire « un effort de jeûne alimentaire qui soit une réelle occasion de partage », consommer moins de télé, se détacher d’internet, de nos tablettes, de nos téléphones, cigarettes, etc. dont nous pouvons être esclaves, que sais-je encore. Cela nous donnera du temps pour profiter des propositions de notre paroisse :

            – Utiliser les livrets de prière pour le carême

            – Méditer le message de carême du pape François

– Participer au chemin de croix dans l’église, le vendredi à 12h

– Venir aux « Rencontres au cœur de la Parole de Dieu »,

animées par le Père Louis

– Vivre la retraite paroissiale du 20 au 24 mars, en fin de journée,

avec le Père Stéphane

Et aussi tout ce que l’Esprit Saint nous inspirera pour nous mener à une conversion en profondeur.

Le texte ci-dessous vous semblera sans doute vieillot, mais il peut être une aide pour chacune de nos journées :

«Si vous me demandez ce qu’il vous faut faire pour être parfait, je dirai d’abord :  ne restez pas au lit au-delà du temps fixé pour le lever ; donnez vos premières pensées à Dieu ; faites une bonne visite au Saint-Sacrement ; dites dévotement l’Angélus ; mangez et buvez pour la gloire de Dieu ; récitez bien le chapelet ; soyez recueilli ; chassez les mauvaises pensées ; faites pieusement votre méditation du soir ; examinez chaque jour votre conscience ; couchez vous à l’heure fixée, et vous voilà déjà parfait ».

(Bienheureux Cardinal John-Henri Newman, 1801-1890).

BRIGITTE

Page 1 of 10

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén